Aller au contenu principal

Collin, Raphaël

Statut
Publiée
Contributeur
INHA
Dernière modification
31/01/2023 11:37 (il y a 8 jours)
Type de personne
Type de personne : 
Noms
Nom : 
Collin
Prénom : 
Raphaël
Qualificatif : 
Sexe : 
Nationalité : 
Nom : 
Collin
Prénom : 
Louis Joseph Raphaël
Qualificatif : 
Naissance et mort
Date de naissance : 
18 juin 1850
Lieu de naissance : 
Date de mort : 
19 octobre 1916
Lieu de mort : 
Adresses
Type d'adresse : 
Date de l'adresse : 
1869 - 1873
Adresse : 

74 boulevard du Montparnasse

Code postal : 
74014
Ville : 
Type d'adresse : 
Date de l'adresse : 
1874 - 1916
Adresse : 

152 rue de Vaugirard

Code postal : 
75015
Ville : 
Commentaire Adresses : 

Ancien 6 impasse Ronsin.

Type d'adresse : 
Date de l'adresse : 
1885 - 1916
Adresse : 

3 ruelle des Marinières

Code postal : 
92260
Professions / activités
Type de profession / activité : 
Lieu institution : 
Date d'activité : 
1873 - 1916
Type de profession / activité : 
Lieu institution : 
Date d'activité : 
1904 - 1916
Type de profession / activité : 
Date d'activité : 
1874 - 1916
Biographie
Commentaire biographique : 

La carrière d’artiste du collectionneur d’art asiatique Louis-Joseph-Raphaël Collin est bien connue. Peintre fameux en son temps, il fut plusieurs fois primé au Salon et ses œuvres sont nombreuses dans les collections publiques.

Né à Paris en 1850 de parents lorrains, il passe ses jeunes années à Verdun, où il se lie d’amitié avec Jules Bastien-Lepage (1848-1884). Sa famille revenue à la capitale, il se forme quelques mois dans l’atelier de William Bouguereau (1825-1905) avant de rejoindre Bastien-Lepage, Fernand Cormon (1845-1924) et Benjamin-Constant (1845-1902) en 1868 dans la section de peinture de l’École des beaux-arts, où il est l’élève d’Alexandre Cabanel (1823-1889). Devenu professeur à son tour, il attire par son enseignement à l’académie Colarossi des étudiants originaires du Canada, des États-Unis et du Japon, dont les futurs pionniers de la peinture moderne dans ce pays Fuji Masazo (1853-1916), Seiki Kuroda (1866-1924), Kume Keiichirō (1866-1934), Wada Eisaku (1874-1959) et Okada Saburōsuke (1869-1939).

Raphaël Collin est, parallèlement, illustrateur de livres et décorateur d’édifices publics. En 1880, il reçoit les commandes de deux toiles de grand format destinées au foyer du théâtre municipal de Belfort puis, en 1886-1888, des panneaux décoratifs Fin d’été, pour la salle à manger de l’appartement de fonction du recteur de la Sorbonne, et La Poésie, encore en place dans le salon des Lettres de l’hôtel de ville de Paris (1890-1893). Il réalise des décors pour les foyers des théâtres de l’Odéon et de l’Opéra-Comique de 1894 à 1899, puis le plafond de la préfecture de la Haute-Vienne. Vers 1912, il entame la décoration, disparue, de la salle des mariages de la mairie de Fontenay-aux-Roses, commune où il possède une résidence secondaire lui permettant de se livrer à la peinture de plein air. Portraitiste de la bourgeoisie mondaine, il développe également une importante clientèle privée. Nous connaissons enfin plusieurs grands plats en faïence ornés de sa main, fruit d’une collaboration avec le céramiste Théodore Deck (1823-1891) de 1872 à 1889.

Article rédigé par Salima Hellal

Commentaire biographique : 

The artistic career of the collector of Asian art, Louis-Joseph-Raphaël Collin, is well known. A famous painter in his day, he was awarded prizes several times by the Salon and his works are held in many public collections.

Born in Paris in 1850 to parents from Lorrain, he spent his youth in Verdun, where he struck up a friendship with Jules Bastien-Lepage (1848–1884). A change of family fortune enabled him to train for several months in the studio of William Bouguereau (1825–1905) before joining Bastien-Lepage, Fernand Cormon (1845–1924), and Benjamin-Constant (1845–1902) in 1868 in the painting section of the École des Beaux-Arts, where he was the pupil of Alexandre Cabanel (1823–1889). When he, in turn, became a teacher, his teaching at the Académie Colarossi attracted students, who came from Canada, the United States, and Japan, including the future pioneers of modern painting in that country, Fuji Masazo (1853–1916), Seiki Kuroda (1866–1924), Kume Keiichirō (1866–1934), Wada Eisaku (1874–1959), and Okada Saburōsuke (1869–1939).

At the same time, Raphaël Collin illustrated books and decorated public buildings. In 1880, he was commissioned to work on two large-format canvases for the entrance hall of the Municipal Theatre of Belfort, and then, in 1886–1888, Fin d’été decorative panels for the dining room in the staff apartment of the Rector of the Sorbonne, and La Poésie, which is still in the Salon des Lettres in the Hôtel de Ville in Paris (1890–1893). He created the decorations for the entrance halls of the Odéon and Opéra-Comique theatres from 1894 to 1899, then the ceiling of the Préfecture of Haute-Vienne. Circa 1912, he began to create the decorations, which have since disappeared, of the wedding hall of the Mairie de Fontenay-aux-Roses, a commune where he owned a secondary residence, where he could indulge in his interest in painting outdoors. As portraitist of bourgeois socialites, he acquired a significant private clientele. There are also several large faience dishes he decorated, the fruit of a collaboration with the ceramicist Théodore Deck (1823–1891) de 1872 à 1889.

Article by Salima Hellal (translated by Jonathan & David Michaelson)

Thèmes d'étude
Période étudiée : 
Aire géographique étudiée : 
Secteur fondamental d'étude : 
Technique étudiée : 
Commentaire Thèmes d'étude : 

[Objets collectionnés]

Période étudiée : 
Aire géographique étudiée : 
Commentaire Thèmes d'étude : 

[Objets collectionnés] ​paravents, tsuba (gardes de sabre), masques, sculptures.

Période étudiée : 
Aire géographique étudiée : 
Secteur fondamental d'étude : 
Technique étudiée : 
Commentaire Thèmes d'étude : 

[Objets collectionnés] tsuba (gardes de sabre).

Ensembles / rapports
Type de lien horizontal : 
Commentaire Type de lien horizontal : 

Emmanuel Tronquois arrive à Yokohama le 27 avril avec une recommandation de son ami, le peintre Raphaël Collin, collectionneur de tsuba et de céramiques, à un de ses anciens élèves à l’académie Colarossi, Kuroda Seiki, peintre de l’école européenne (yôga), comme nombre des japonais ayant fréquenté son atelier. (Source : notice Agorha « Emmanuel Tronquois » rédigée par Laure Haberschill)

Bibliographies / archives
Sources en ligne
Organisme : 
Date de consultation : 
15/06/2021
Commentaire Sources en ligne : 

Bénézit 1999. Ressource accessible sur abonnement.

Date de consultation : 
19/11/2021
Commentaire Sources en ligne : 

La collection de Raphaël Collin est numérisée par le musée des Beaux-Arts de Lyon.

Source
Institut national d'histoire de l'art (France)
Licence
Attribution 4.0 International (CC BY 4.0)
Rédacteur
Salima Hellal