Aller au contenu principal
Statut
Publiée
Contributeur
wlehmann
Dernière modification
04/04/2022 08:51 (il y a 4 mois)
Type de personne
Noms
Nom : 
Abetz
Prénom : 
Otto
Sexe : 
Naissance et mort
Date de naissance : 
26 mars 1903
Lieu de naissance : 
Date de mort : 
5 mai 1958
Lieu de mort : 
Professions / activités
Type de profession / activité : 
Lieu institution : 
Date d'activité : 
août 1940 - Vers août 1944
Commentaire Professions / activités : 

Ambassadeur allemand en France sous l'occupation allemande.

Biographie
Commentaire biographique : 

Ancien élève de l’École des Beaux-Arts de Karlsruhe, familier de la France, Otto Abetz revient à Paris en juillet 1940 comme envoyé du ministère des Affaires étrangères du Reich puis nommé ambassadeur le 3 août. « Inspirateur et catalyseur de la collaboration culturelle », il soulève, dix jours à peine après son installation,  la question de l’expropriation des biens des personnes d’origine juive et des hommes politiques “anglophiles” auprès de son ministre Joachim von Ribbentrop. Dès le 25 juin 1940, pour procéder à la « mise en sécurité » des œuvres d’art publiques et privées, notamment juives, il obtient la mise à disposition d’une unité de la police militaire, la colonne Künsberg. Au début de l’été 1940, il est le premier à mettre en oeuvre la spoliation d’œuvres d’art et de « valeurs anciennes », celle-ci devenant systématique dans les semaines et les mois suivants. En juillet 1940, de premiers camions chargés d’œuvres d’art se mettent en route pour Berlin.

Les missions et prérogatives de l’ambassadeur Otto Abetz sont définies par Ribbentrop le 3 août 1940. Sa liberté d’action vis-à-vis de l’administration militaire est alors soulignée. La « mise en sécurité et la saisie des biens culturels publics, privés et notamment juifs » font partie de ses attributions. Renforcé dans sa position, Abetz retourne à Paris en chargeant la colonne Künsberg de mettre la main sur 1500 tableaux du Louvre entreposés au château de Chambord. La colonne intensifie en parallèle la saisie de collections privées qui viennent enrichir les locaux de la rue de Lille et contribuent ainsi à l’équipement et l’ornement de l’ambassade. L’ambassadeur n’hésite pas d’ailleurs à procéder parfois à d’importantes modifications sur la nature ou l'emplacement des objets d’art ainsi exhibés.

 Le concours prêté par la colonne à l’ambassadeur s’interrompt à la fin du mois d’août 1940. Le comte de Metternich, chef du bureau de protection des œuvres d’art au sein de l’armée d’occupation à Paris, s’oppose aux mesures de spoliation des œuvres d’art françaises. L’activité de spoliation convenant de moins en moins à un diplomate sur le point de devenir l’un des principaux interlocuteurs du gouvernement de Vichy, le relais est pris par l’Einsatzstab Reichsleiter Rosenberg (ERR) qui transfère les biens de l’ambassade          au musée du Jeu de Paume, à l’exception d’une centaine d’œuvres d’art qui restent dans les locaux de l’ambassade et de celles choisies par Ribbentrop lui-même. Certaines oeuvres qualifiées de dégénérées restent également dans les dépôts de la rue de Lille pour servir à d’éventuels échanges.

En 1944, Abetz organise l’évacuation de ces œuvres, qui sont entreposées en septembre au château de Sigmaringen. En fuite, il se cache sous une fausse identité. En juillet 1949, il est condamné à 20 ans de travaux forcés, suivis de 20 ans d’interdiction de séjour en France. Libéré en 1954, il décéde quatre ans plus tard dans un accident de voiture.


Ensembles / rapports
Type de lien horizontal : 
Commentaire Type de lien horizontal : 

Joachim von Ribbentrop envoie Otto Abetz à Paris en tant que représentant de l'Empire. Les deux hommes sont en contact étroit

Type de lien horizontal : 
Commentaire Type de lien horizontal : 

Otto Abetz - Paul von Waldthausen

Bibliographies / archives
Type de référence : 
Commentaire Bibliographies / archives : 

S. 2-3.

Sources en ligne
Référence de notice : 
48621
Date de consultation : 
04/01/2021
Url document source : 
Source
source : Institut national d'histoire de l'art (France) / Technische Universität (Berlin) - licence : Attribution 4.0 International (CC BY 4.0)
Articles & actualités