Aller au contenu principal

Petrucci, Raphaël

Statut
Publiée
Contributeur
cdupinde
Dernière modification
16/11/2021 10:01 (il y a 11 jours)
Type de personne
Noms
Nom : 
Petrucci
Prénom : 
Raphaël
Sexe : 
Nationalité : 
Nom : 
Petrucci
Prénom : 
Raffaele
Naissance et mort
Date de naissance : 
14 octobre 1872
Lieu de naissance : 
Commentaire Naissance : 
Mère : Bonier de La Chapelle, Amélie
Père : Petrucci, Raffaele
Conjointe : Verwée, Claire
Enfant : Petrucci, Clairette (1899-1994) (source : Arenberg Auctions Bruxelles, 29 mars 2019, n° 373 Archives famille Wolfers/Petrucci/Verwée)
Date de mort : 
17 février 1917
Lieu de mort : 
Commentaire Mort : 
Décédé 4 Boulevard Macdonald 75019 Paris
(source : AP, 6D 190, acte n° 981)
Adresses
Type d'adresse : 
Date de l'adresse : 
Avant 1913
Adresse : 
55 rue des Champs-Élysées
Code postal : 
1050
Ville : 
Commentaire Ville : 
« Été : Sint Anna ter Muiden bij Sluis-Zélande (Hollande) »
(source : Bulletin de la Société franco-japonaise de Paris. n° 29, avril 1913, p. 20)
Type d'adresse : 
Date de l'adresse : 
1914 - 17 février 1917
Adresse : 
115 rue Notre Dame des Champs
Code postal : 
75006
Ville : 
Commentaire Ville : 
« Lorsque la guerre éclata, Raphaël Petrucci fut attaché à une ambulance belge de France jusqu’au jour où les forces lui manquèrent ; il dut quitter la zone de combat et vint à Paris où il reprit de toute son énergie ses travaux scientifiques. Il fit à la Société asiatique des communications très remarquées, dont l’une, sur l’épigraphie des bronzes rituels de la Chine ancienne, a paru dans le Journal Asiatique. Les amis nombreux qu’il comptait dans l’orientalisme français étaient désireux de voir Petrucci donner, dans le séjour prolongé que les circonstances l’amenaient à faire à Paris, un enseignement qui ne pouvait être que nouveau et utile. La section des Sciences religieuses de l’École pratique des Hautes Études, à la Sorbonne, était toute désignée pour lui en fournir l’occasion : “Entre l’enseignement des religions de l’Inde et celui des religions de l’Extrême-Orient, il y avait tout un domaine, récemment enrichi par des découvertes de premier ordre, qui renouvelaient notre connaissance de l’Iconographie du bouddhisme du Nord. Ce fut le titre même du cours proposé par R. Petrucci et que nous accueillîmes avec empressement » (discours du Président de la section sur la tombe de R. Petrucci). L’ouverture de ce cours dut être différée, une grave indisposition arrêta brutalement les travaux de M. Petrucci. » (source : [s. n.]. « [M. Raphaël Petrucci était né à Naples…] ». Revue de l’histoire des religions. tome LXXIX, 1919, p. 362-363)
Professions / activités
Date d'activité : 
1894 - 1917
Type de profession / activité : 
Lieu institution : 
Date d'activité : 
Vers 1899
Commentaire Professions / activités : 
auteur des illustrations d'un Candide à la fin du XIXe siècle.
(source : Voltaire. Candide. Paris : Édition de la Vie moderne pour la bibliothèque de la Plume, [s. d.] ; Corpus des notes marginales de Voltaire. 3, D-F. Berlin : Akademie-Verlag ; Oxford : Voltaire Fondation, 2003, p. 146-147)
Type de profession / activité : 
Date d'activité : 
1896 - 1917
Commentaire Professions / activités : 
professeur à l'Université nouvelle de Bruxelles :
1896-1897 : « Esthétique positive » ; 1897-1898 : « Esthétique positive », « Histoire générale des sciences » (source : L’Humanité nouvelle. tome I, 1897, p. 555)
Sous-directeur de l’Institut d’hygiène en 1901 (source : Sergi, Giuseppe. Les Émotions. Ouvrage traduit, sur l’édition italienne corrigée et augmentée, par Raphaël Petrucci, sous-directeur de l’Institut d’hygiène de Bruxelles. Paris : O. Doin, 1901)
« Raphaël Petrucci réunit les qualités du professeur moderne en un remarquable ensemble : d’abord ce qu’on pourrait nommer “la maturité de la jeunesse”, c’est-à-dire l’énergie et l’élan des belles années de la vie combinées avec la mesure et la pondération que donnent une science approfondie et un constant besoin de réduire les faits en lois justifiées par la raison. Ensuite un grand besoin d’obéir aux poussées contemporaines, de se laisser attirer par les nouveautés que contient l’avenir, de se dégager des liens d’un atavisme retardataire embarrassé de préjugés, de routines et de produits résiduaires de tout genre. Enfin une compréhension très nette de la solidarité des sciences dans l’espace et dans le temps : car c’est lui qui a été l’apporteur, l’organisateur en Belgique, le metteur en scène ingénieux et opiniâtre, de l’Institut d’histoire naturelle générale des sciences, des arts et des métiers, – dont Théodore Wechniakoff fut l’inspirateur originaire, – destiné à rechercher les conditions de la production intellectuelle dans l’Humanité sous les trois principales faces, de l’activité purement scientifique, de l’activité esthétique, de l’activité industrielle si souvent liée aux deux autres ; à préciser dans quelle mesure chacun des innombrables facteurs cosmiques, biologiques ou sociologiques agit pour déterminer les caractères spéciaux à la production intellectuelle, suivant les races, les milieux, l’espace, le temps, afin d’élaborer une synthèse philosophique que l’accumulation des matériaux rend désormais nécessaire et dont les conséquences peuvent être incalculables.
Au terme de ses leçons, Raphaël Petrucci a inauguré une excellente pratique qui avait déjà été recommandée dans les programmes de la Maison d’Art, récemment fondée à Bruxelles, et à laquelle on a donné le nom caractéristique de “Clinique esthétique” : il a mené ses élèves dans les musées, étudier sur les œuvres mêmes les principes qu’il avait développés. » (source : Picard, Edmond. L’Institut des Hautes Études à l’Université nouvelle de Bruxelles. Paris : Librairie de l’art social, 1897)
« professeur à la Sorbonne » (source : AP, 6D 190, acte n° 981)
Biographie
Commentaire biographique : 
Formation :
« il fit à Genève ses études supérieures, études de sciences médicales et naturelles, et ce n’est que plus tard qu’il vint à l’orientalisme. Depuis 1896 il vivait à Bruxelles où il avait été bientôt attaché à l’un des Instituts Solvay. Il s’occupait en outre des séries orientales du Musée du Cinquantenaire. » (source : [s. n.]. « [M. Raphaël Petrucci était né à Naples…] ». Revue de l’histoire des religions. tome LXXIX, 1919, p. 362)

Langues maîtrisées :
anglais ; chinois ; tibétain

Opinions et actes politiques :
positiviste

Prix et distinctions :
Académie des Inscriptions : en 1912, prix Stanislas Julien (500 francs) « institué “en faveur du meilleur ouvrage relatif à la Chine” […] pour sa Philosophie de la nature dans l’art d’Extrême-Orient. » (source : La chronique des arts et de la curiosité. n° 14, 6 avril 1912, p. 108)
Académie des Inscriptions : en 1915, prix de Joest (2000 francs) à « M. Raphaël Petrucci, professeur à l’Université de Bruxelles, pour l’ensemble de ses travaux sur l’art chinois » (source : La chronique des arts et de la curiosité. n° 29, 15 août 1916, p. 234)
Académie des Inscriptions : en 1921, prix Stanislas Julien (1500 francs) pour l’Encyclopédie de la peinture chinoise (source : La chronique des arts et de la curiosité. n° 3, 15 février 1921, p. 20-21)
« D’éminentes compagnies, notre Académie des Inscriptions, l’Académie royale de Belgique, l’Institut royal des sciences et des arts de Milan, lui avaient décerné quelques-unes de leurs plus hautes récompenses. » (source : Vernes, Maurice. « [Par arrêté du 2 décembre 1916, M. le Ministre de l’Instruction publique avait…] ». École pratique des hautes études : section des sciences religieuses : annuaire 1917-1918. 1918, p. 58)

Voyages connus :
Suisse ; Angleterre

Collections personnelles :
« Ses goûts personnels l’avaient porté vers les arts plastiques de la Chine et du Japon ; il en avait senti la beauté et, avec un sûr instinct, il avait rassemblé une précieuse collection des monuments de la peinture et de la sculpture ; puis il avait analysé ses impressions et, dans un beau volume qui fut couronné par l’Institut de France, il fit, avec une rare élévation de pensée, la psychologie de l’âme chinoise et montra comment l’idée philosophique qu’elle s’est faite de la nature se traduit dans ses paysages. Plus tard, lorsqu’une exposition de la peinture chinoise réunit en 1912 au Musée Cernuschi une série d’œuvres remarquables, il révéla au public les plus caractéristiques de ses spécimens. » (Chavannes, Édouard. « Nécrologie : Raphaël Petrucci ». T’oung Pao. vol. XVII, 1917, p. 392) ; A Comprehensive Collection of Japanese Prints. Formed by the late Raphael Petrucci. Sale catalogue A-P (Lots 1-178). Amsterdam : Christies, 1981 ; Steel, Emmy et Steel, Raf. Collection Wolfers & Petrucci: Hidden Treasures. Gand : Galerie St-John, 2017.
Thèmes d'étude
Aire géographique étudiée : 
Secteur fondamental d'étude : 
Ensembles / rapports
Type de lien horizontal : 
Commentaire Type de lien horizontal : 
Raphaël Petrucci et Claire Verwée se marient en 1898. (source : Lefebvre, Éric. « Petrucci, Raphaël ». Barbillon, Claire et Sénéchal, Philippe. Dictionnaire critique des historiens de l'art actifs en France de la Révolution à la Première Guerre mondiale. Paris : INHA, 2010).
Type de lien horizontal : 
Commentaire Type de lien horizontal : 
Henri d’Ardenne de Tizac, Édouard Chavannes, Alfred Foucher, Victor Goloubew, Joseph Hackin, Paul Pelliot et Raphaël Petrucci travaillent ensemble à l’exposition de 1913 sur l’art bouddhique. (source : Ardenne de Tizac, Henri d’, Goloubew, Victor. Art bouddhique : 4e exposition des arts de l’Asie : Catalogue sommaire. Paris : Jacquemin, 1913)
Type de lien horizontal : 
Commentaire Type de lien horizontal : 
Henri d’Ardenne de Tizac, Édouard Chavannes, Alfred Foucher, Victor Goloubew, Joseph Hackin, Paul Pelliot et Raphaël Petrucci travaillent ensemble à l’exposition de 1913 sur l’art bouddhique. (source : Ardenne de Tizac, Henri d’, Goloubew, Victor. Art bouddhique : 4e exposition des arts de l’Asie : Catalogue sommaire. Paris : Jacquemin, 1913)
Bibliographies / archives
Sources en ligne
Date de consultation : 
10/06/2020
Source
source : Institut national d'histoire de l'art (France) - licence : Attribution 4.0 International (CC BY 4.0)
Rédacteur
Pascale Cugy