Aller au contenu principal

Ricci, Seymour de

Statut
Publiée
Contributeur
Montagu, Nadège
Dernière modification
16/11/2021 07:44 (il y a 11 jours)
Type de personne
Noms
Nom : 
Ricci
Prénom : 
Seymour de
Sexe : 
Nationalité : 
Nom : 
Ricci
Prénom : 
Seymour Montefiore Robert Rosso de
Qualificatif : 
Naissance et mort
Date de naissance : 
17 mai 1881
Lieu de naissance : 
Commentaire Naissance : 
naturalisé par décret du 17 mai 1901 (source : AN, LH/2314/47)
Mère : Lévi dit Montefiore, Hélène Amélie, Paris 19/01/1857 – Paris 01/04/1932, (sans profession) (source : AP, 16M 159, acte 765)
Père : Ricci, James Herman, Mitchelstown 1847 – Droitwitch 16/06/1900 (source : AP, 16M 159, acte 765)
Conjointes : Dreyfus, Jenny Gabrielle Thérèse, Paris 18/03/1885 – Paris 1938 (sans profession) ; mariage le 29 juin 1908 à Paris (source : AP, 16M 159, acte 765) ; divorce par jugement du tribunal civil de la Seine, 22 juillet 1919 (source : AP, 16M 159, acte 765)
Lévy Feher, Delphine (1886-1977)
Enfants : Ricci, Jacqueline Hélène Eugénie de, Paris 30/12/1911 – Jouars-Pontchartrain 07/11/2008
Seymour de Ricci eut d’autres enfants de son second mariage avec Delphine Lévy Feher.
Date de mort : 
25 décembre 1942
Lieu de mort : 
Commentaire Mort : 
(source : AD Hauts-de-Seine, 1E_NUM_SUR_D1942, acte n° 891)
« Son ami Louis Réau rapporte qu'il sacrifiait tout à l'avancement de ses recherches – "un martyr de l'érudition" – ce dont témoigne sa mort prématurée, alors que ses facultés intellectuelles étaient au zénith. Il tomba malade peu après l'entrée des nazis à Paris et mourut à l'hôpital, au terme d'une lente agonie, à l'âge de soixante et un ans. » (source : Ramsay, Nigel. « Seymour de Ricci ». In Barbillon, Claire, Sénéchal, Philippe (dir.). Dictionnaire critique des historiens de l’art actifs en France de la Révolution à la Première Guerre mondiale. Paris : Institut national d’histoire de l’art, 2008)
Adresses
Type d'adresse : 
Date de l'adresse : 
1898 - Vers 1905
Adresse : 
30 avenue Henri Martin
Code postal : 
75016
Ville : 
Commentaire Ville : 
(source : Ricci, Seymour de. « Répertoire épigraphique du département d’Ille-et-Vilaine ». Mémoires de la Société archéologique d’Ille-et-Vilaine. t. XXVIII, 1899, p. 23 ; Revue des études grecques. t. XIII, n° 55, novembre-décembre 1900, p. LXVII)
Type d'adresse : 
Date de l'adresse : 
1905 - 1908
Adresse : 
36 avenue Henri Martin
Code postal : 
75016
Ville : 
Commentaire Ville : 
(source : Revue des études grecques. t. XVIII, 1905, p. LXVII ; Revue des études rabelaisiennes. t. VI, 1908, p. XIII)
Type d'adresse : 
Date de l'adresse : 
Vers 1910 - Vers 1911
Adresse : 
7 rue Édouard-Detaille
Code postal : 
75017
Ville : 
Commentaire Ville : 
(source : Revue des études rabelaisiennes. t. VIII, 1910, p. XIII ; Annuaire de la gravure française, 1911)
Professions / activités
Date d'activité : 
Vers 1904 - 1942
Commentaire Professions / activités : 
« Ricci privilégiait l'approche archéologique. Il préférait travailler à partir d'observations précises, et souvent dans le dessein de relier chaque détail d'un certain type à d'autres particularités du même ordre, ou d'un ordre analogue. Il se préoccupait moins de dégager les grandes lignes de tel ou tel développement général (l'histoire du style, par exemple) que ses recherches étaient susceptibles d'éclairer. Il écrivait pour ses confrères en érudition et se proposait d'informer plutôt que d'instruire. » (source : Ramsay, Nigel. « Seymour de Ricci ». In Barbillon, Claire, Sénéchal, Philippe (dir.). Dictionnaire critique des historiens de l’art actifs en France de la Révolution à la Première Guerre mondiale. Paris : Institut national d’histoire de l’art, 2008). Il s’intéressa en particulier aux catalogues de ventes aux enchères, qu’il collectionnait.
Il est chargé par le ministère de l’Instruction publique et l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres de plusieurs missions à l’étranger : en Italie, en Égypte, en Allemagne et en Russie. (source : Ramsay, Nigel. « Seymour de Ricci ». In Barbillon, Claire, Sénéchal, Philippe (dir.). Dictionnaire critique des historiens de l’art actifs en France de la Révolution à la Première Guerre mondiale. Paris : Institut national d’histoire de l’art, 2008)
Il fut chargé de cours à l’Institut français de New-York en 1919 et à l’université de Cambridge en 1929. Il a également donné des conférences aux États-Unis de 1918 à 1923. (source : AN, LH/2314/47)
« Son immense culture l'amena à aborder dans de nombreux ouvrages des domaines extrêmement variés allant de l'épigraphie égyptienne au dessin français du XVIIIe siècle. Les plus grands amateurs des années vingt lui confièrent l'étude de leur collection : L. Rosenberg pour les miniatures gothiques et persanes, M. L. Schiff et E. M. Hodgkins pour la porcelaine, J. Pierpont-Morgan pour la tapisserie médiévale, G. Dreyfus pour les bronzes et plaquettes de la Renaissance. Il est l'auteur du catalogue de l'exposition pionnière organisée en 1913 par la marquise de Ganay sur les objets d'art des collections privées. Après le musée Cognacq-Jay et le Musée Guimet, le Musée du Louvre lui doit une Description raisonnée des Peintures pour les écoles étrangères ». (source : « Seymour de Ricci ». InRépertoire des donateurs du Louvre : Paris, Musée du Louvre, 4 avril-21 août 1989. Paris : RMN, 1989, p. 304)
Type de profession / activité : 
Institution : 
Lieu institution : 
Date d'activité : 
1 novembre 1899 - 1901
Commentaire Professions / activités : 
(source : AN, LH/2314/47)
Prix et distinctions
Prix / distinction : 
Biographie
Commentaire biographique : 
Formation : élève au lycée Janson de Sailly à Paris (source : Revue archéologique. t. XXXII, janvier-juin 1898, p. 435 ; Ramsay, Nigel. « Seymour de Ricci ». In Barbillon, Claire, Sénéchal, Philippe (dir.). Dictionnaire critique des historiens de l’art actifs en France de la Révolution à la Première Guerre mondiale. Paris : Institut national d’histoire de l’art, 2008)
Bachelier ès-lettres en 1897 et licencié ès Lettres en 1901 (source : AN, LH/2314/47 ; Ramsay, Nigel. « Seymour de Ricci ». In Barbillon, Claire, Sénéchal, Philippe (dir.). Dictionnaire critique des historiens de l’art actifs en France de la Révolution à la Première Guerre mondiale. Paris : Institut national d’histoire de l’art, 2008)
Il étudie à l’École Pratique des Hautes Études (Ramsay, Nigel. « Seymour de Ricci ». In Barbillon, Claire, Sénéchal, Philippe (dir.). Dictionnaire critique des historiens de l’art actifs en France de la Révolution à la Première Guerre mondiale. Paris : Institut national d’histoire de l’art, 2008)
Il est qualifié d’« élève de M. S. Reinach ». (source : s. n. « À l’Institut. Académie des Inscriptions et Belles-Lettres. Séance du 1er avril ». Journal des débats. 3 avril 1898, p. 3)
Nigel Ramsay estime cependant que Seymour de Ricci était avant tout un « autodidacte ». (source : Ramsay, Nigel. « Seymour de Ricci ». In Barbillon, Claire, Sénéchal, Philippe (dir.). Dictionnaire critique des historiens de l’art actifs en France de la Révolution à la Première Guerre mondiale. Paris : Institut national d’histoire de l’art, 2008)

Langues maîtrisées : anglais, italien

Opinions et actes politiques : candidat féministe aux élections législatives de Paris en 1928 dans le 5e arrondissement. Il précise que sa candidature « n’a pas pour but l’obtention d’un siège, mais le triomphe d’une idée. » (source : La Française. 21 avril 1928, p. 1 et 4 ; Ricci, Seymour de. « Pourquoi je suis candidat ». La Française. 7-14 avril 1928, p. 1)
Il fut également candidat féministe aux élections municipales du 16e arrondissement en septembre 1935. (source : La Française. 28 septembre 1935, p. 4)
Il est par ailleurs qualifié de « fidèle ami féministe » par Jane Nemo. (source : Nemo, Jane. « La propagande féminine pendant les périodes électorales ». La Française. 12 mai 1934, p. 4)

Prix et distinctions : chevalier de la Légion d’honneur en 1925 (source : AN, LH/2314/47) ; officier de la légion d’honneur en 1935 (source : AN, LH/2314/47) ; officier du Nicham-Iftikar (1902) ; Officier de la couronne d’Italie (1911). (source : AN, LH/2314/47).

Voyages connus : missions en Italie (1900 et 1904), Egypte (1905 et 1909), Russie (1912), Allemagne (1912) et Etats-Unis (1919 et 1920). (source : AN, LH/2314/47)

Collections personnelles : « A rapporté de ses missions en Orient des antiquités et œuvres d’art conservées au Louvre, au musée des arts décoratifs et au musée Guimet. » (source : AN, LH/2314/47)
De nombreuses pièces de sa collection se trouvent aujourd’hui à la Bibliothèque nationale de France suite au legs qu’il y effectua : pièces et monnaies, catalogues de ventes, estampes etc. (source : Audin, Maurice. Les types lyonnais primitifs conservés au département des imprimés : legs Seymour de Ricci : catalogue. Paris : Bibliothèque nationale, 1955 ; Porcher, Jean. « À la Bibliothèque nationale : le legs Seymour de Ricci ». Bibliothèque de l'École des chartes. t. 105, 1944, p. 229-233)
« L'énorme documentation qu'il avait accumulée fut léguée au Cabinet des Estampes de la Bibliothèque Nationale. Au Louvre, il lègue un album de 25 dessins de Karl Girardet et 17 dessins par Wille, Bouchardon, Guys, Blarenberghe, Mellin, Doyen et le Portrait d'Anatole France par Steinlen ». (source : « Seymour de Ricci ». InRépertoire des donateurs du Louvre : Paris, Musée du Louvre, 4 avril-21 août 1989. Paris : RMN, 1989, p. 304)

Mentions dans la littérature : « Il n’est pas un bibliographe, un bibliophile, un curieux qui n’ait, depuis trente ans et plus, fait appel à la science de Seymour de Ricci : Ricci connaissait toutes les bibliothèques, publiques et privées, les musées de l’ancien et du nouveau monde, les cabinets d’antiquités d’hier et d’aujourd’hui. Nul ne savait, comme lui, retrouver l’origine et détailler l’histoire, si souvent pleine d’enseignements, des documents de toute sorte que recherchent les amateurs et les érudits, et de cette histoire, qui participe à celle de la science historique elle-même, il avait fait l’objet favori de ses travaux. Dans son appartement de la rue Boissière, où le livre régnait en maître, tout était « librairie » : chambres, salons, salle à manger, couloirs, office disparaissaient sous des rayons chargés de volumes, de dossiers qui envahissaient les placards, descendaient à la cave, montaient au grenier ; bibliothèque admirablement outillée, classée méticuleusement, que nul chercheur ne visitait sans tirer un renseignement précis de cette masse ordonnée à travers laquelle il était dirigé par un guide à la mémoire incroyable, à l’érudition jamais en défaut, à la complaisance toujours prête. » (source : Porcher, Jean. « À la Bibliothèque nationale : le legs Seymour de Ricci ». Bibliothèque de l'École des chartes. t. 105, 1944, p. 229)
Thèmes d'étude
Aire géographique étudiée : 
Secteur fondamental d'étude : 
Technique étudiée : 
Commentaire Thèmes d'étude : 
Papyrus, histoire du livre
Ensembles / rapports
Type de lien horizontal : 
Commentaire Type de lien horizontal : 
Seymour de Ricci est mentionné dans la correspondance d'Émile Bertaux avec René-Jean (source : BINHA, Autographes 143, 1, 20)
Type de lien horizontal : 
Commentaire Type de lien horizontal : 
S. de Ricci et P. Champion cosignent. (source : Champion, Pierre, Ricci, Seymour de. Inventaire sommaire des manuscrits anciens de la Bibliothèque Smith-Lesouëf à Nogent-sur-Marne. Paris : libr. Ancienne Honoré Champion, 1930)
Type de lien horizontal : 
Commentaire Type de lien horizontal : 
S. de Ricci et Harold Idris Bell cosignent un ouvrage. (source : Bell, Harold Idris, Ricci, Seymour de. « A Latin petition of Abinnaeus (Papyrus B. M. 447), with an appendix by H. I. Bell ». Journal of Egyptian archaeology. t. XIV, novembre 1928, p. 320-322)
Bibliographies / archives