Aller au contenu principal

[1859, sculpture, rapport Institut procès-verbal]Rapport sur les envois de sculpture de 1859TYPE : r [...]

Statut
Publiée
Contributeur
system
Dernière modification
02/12/2021 10:47 (il y a plus de 2 ans)
Type de document
Description
[1859, sculpture, rapport Institut procès-verbal]
Rapport sur les envois de sculpture de 1859
TYPE : rapport de l'Institut de France - officiel
AUTEUR : Lemaire, Philippe Joseph Henri
LIEU DE REDACTION : Paris
DATE : 1859
COMMENTAIRE : Une seconde version de ce rapport est conservée à la Bibliothèque de l'Institut de France, cote usuel 4° AA 34 A, année 1859, tome 29.
Descriptions
Transcription : 
M. Lemaire lit le rapport suivant, qui est adopté, sur les travaux des sculpteurs. // M. Maniglier (deuxième année) / M. Maniglier pour son travail de deuxième année a fait une copie en marbre de la Vénus de Médicis. La section a vu avec plaisir le choix que ce pensionnaire a fait d'un ouvrage aussi capital, sauf quelques légères altérations provenant sans doute de la mise au point, elle a été également satisfaite de cette copie, le marbre est exécuté avec le plus grand soin. M. Maniglier a aussi envoyé une tête d'étude. Il arrive trop souvent que MM. les Pensionnaires, dans ce travail, ne remplissent pas les conditions des règlements qui exigent une tête d'étude exprimant un sujet. Celle que ce pensionnaire a envoyée, qui ne peut être qu'un portrait, est sans harmonie dans ses proportions, d'un caractère mesquin, et d'une grande sécheresse de modelé. // M. Chapu (troisième année) Pour son travail de troisième année, M. Chapu a envoyé une figure ronde-bosse dont le sujet est Triptolème (modèle en plâtre). La section ne trouve dans cette statue ni la noblesse, ni le caractère qui convenaient au Dieu de l'agriculture, il semblerait que ce titre élevé lui ait été donné après coup. Mais n'y voyant qu'une figure d'étude, un Semeur par exemple, on peut louer un certain caractère sculptural, un bon mouvement dont M. Chapu aurait pu tirer un meilleur parti. Pour complément de son envoi de troisième année, M. Chapu a fait une esquisse bas-relief dont le sujet est le retour du soldat de Marathon. Les règlements exigent que ces esquisses se composent de huit figures au moins, afin d'exercer les pensionnaires aux grandes conceptions sculpturales, à l'entente des plans et à l'effet monumental que doit produire un bas-relief. M. Chapu est loin d'avoir rempli ces conditions. On se demande, en voyant sa composition, si c'est le retour, ou le départ du soldat. Trop de plans jettent de la confusion dans ce bas-relief, ils ont trop peu de saillie l'un sur l'autre, à tel point que les figures principales du premier plan sont à peine tracées sur celles du second. C'est là un grave défaut sur lequel la section appelle toute l'attention des pensionnaires sculpteurs. // M. Doublemard (troisième année) / Pour sa troisième et dernière année devait produire une statue de sa composition. Le sujet qu'il a choisi représente L'Automne ; une maladie et la perte de sa mère ne lui ont pas permis de continuer l'étude de son modèle l'ébauche du marbre se fera à Rome et M. Doublemard le terminera à Paris. / M Carpeaux (quatrième année) Ce pensionnaire avait à faire une figure de sa composition de grandeur naturelle, plus une esquisse d'un groupe en ronde bosse // de trois figures au plus. M. Carpeaux sans se préoccuper du règlement, et malgré les observations de M. le Directeur, a persisté dans l'exécution d'un groupe de plusieurs figures représentant l'épisode du Comte Ugolin. Ce travail comme il était facile de le prévoir n'a pas été achevé au moment de l'exposition, il en résulte que ce pensionnaire ne figure pas dans l'envoi de cette année. En terminant son rapport, la section a été unanime pour soumettre à l'Académie ses réflexions sur la tendance de MM. les Pensionnaires à s'écarter des prescriptions des règlements. Nous croyons le moment venu de les y rappeler. En leur prescrivant la nature de leurs études, l'Académie a eu surtout pour but de donner aux pensionnaires une bonne direction en augmentant graduellement chaque année l'importance de leur travail. La section voit avec regret que ces sages dispositions sont souvent méconnues par eux, soit qu'ils fassent des études de moindre importance que celles demandées, soit qu'une ardeur irréfléchie les entraîne à des travaux trop considérables, qu'ils se trouvent dans l'impossibilité de les terminer à Rome. Cet état de choses, fâcheux par les résultats qu'ils présentent cette année, devait Messieurs vous être signalé ; la section n'admet pas plus qu'un Élève puisse sous prétexte que son travail obligatoire ne lui convient pas, le détruire et le soustraire ainsi aux bons conseils et à la haute direction de l'Académie.
Localisations
Cote / numéro : 
Académie des beaux-arts, 2 E 12, p. 469-471
Source
source : Institut national d'histoire de l'art (France) - licence : Attribution 4.0 International (CC BY 4.0)
Commentaire interne
Base Envois de Rome FMP, fichier Documents.fp7, notice : £Rapport envois, procès-verbal, 1859, sculpture£ Notice créée le 27/07/2002. Notice modifiée le : 16/06/2017. Rédacteur : Christiane Dotal.
Rédacteur
Christiane Dotal