Aller au contenu principal
Statut
Publiée
Contributeur
system
Dernière modification
25/10/2023 17:27 (il y a 4 mois)
Type d'oeuvre
Titres
Titre : 
Vénus
Localisations
Type de Cote / numéro : 
Cote / numéro : 
RES-MS-70100-MUR-GF-1_P80_OBJET_5
Type de Cote / numéro : 
Cote / numéro : 
04094
Commentaires descriptifs
Commentaire descriptif : 

La déesse est figurée nue, debout, la main gauche le long du corps, reposant sur un drapé arrivant à mi-cuisse. Sa main droite est dans ses cheveux. Le bas du ventre est légèrement proéminent, alors que la poitrine n'est presque pas indiquée. Les cheveux, probablement couverts d'un drapé, tombent jusqu'aux épaules. Ramenés en tresse épaisse à l'avant, ils sont indiqués par de petites incisions. À l'arrière se trouve une raie centrale et un chignon en haut de la nuque. Un même sillon court le long de la colonne vertébrale, entre les fesses et le haut des cuisses, se perdant au niveau des mollets. Le trou d'évent est pratiqué sur le côté de la jambe gauche, sous la hanche, caché derrière la main baissée. Le visage est plutôt schématique, le nez large et épaté, les yeux signalés par deux renfoncements.

Deux broches en métal sont insérées sur la face inférieure, un trou indiquant qu'une troisième broche avait dû être installée. Cet aménagement a créé une fracture dans la terre cuite, visible au centre de la face inférieure et en bas de la face antérieure. On note aussi un éclat sur le bras gauche, entre celui-ci et le corps, ainsi qu'une autre petite fracture en bras du menton, ainsi qu'une très petite fracture sous le bras droit. La statuette est plus propre et plus blanche en partie haute que sur les jambes.

Commentaire descriptif : 

Vénus est un thème privilégié de la coroplathie gallo-romaine, que l'on appelle traditionnellement "terres cuites blanches de l'Allier" : les figurines de la déesse représentent un quart de la collection du Musée des antiquités nationales. Celle-ci correspond au deuxième type identifié par M. Rouvier-Jeanlin : la main repose sur la draperie, et non plus à l'intérieur comme dans le type I. Il s'agit selon elle d'un groupe dont "l'ensemble est d'une qualité médiocre" du fait de sa fréquence et donc du nombre de moulages et surmoulages. Ces figurations tirent leur inspiration de représentations plus anciennes de la déesse, telle de l'Aphrodite de Cnide, de Praxitèle (4e siècle av. J.-C.), qui montre la déesse nue, sortant du bain.

Bibliographie : M. Rouvier-Jeanlin, Les Figurines gallo-romaines en terre cuite au Musée des antiquités nationales, Paris, 1972, n° 36-112 ; L. Androuin, et al., Témoins d'argile. Les figurines en terre cuite du centre de la Gaule, Dijon, 2020, p. 44.

Auteur : Euan Wall

Matérialité
Matériau : 
Dimensions
Hauteur : 
15,4
Largeur : 
4,5
Profondeur : 
2,4
Unité de mesure : 
Créations / exécutions
Période de création : 
Commentaires historiques
Commentaire historique : 

Chez le marchand Capet, puis collection Jean-Baptiste Muret, vendue après sa mort par son fils Ernest à Arnold Morel Fatio, qui la donne au musée en 1867.

Historiques de collection
Nom du propriétaire : 
Nom du propriétaire : 
Découvertes
Lieu de découverte : 
Date de découverte : 
Avant 1866
Sources en ligne
Date de consultation : 
01/10/2019
Source
Institut national d'histoire de l'art (France)
Licence
Attribution 4.0 International (CC BY 4.0)
Base de données
Rédacteur
Bastien Rueff