Aller au contenu principal

[1909, peinture, rapport Institut primitif 1]Rapport primitif de l'Institut sur les envois de 1909, [...]

Statut
Publiée
Contributeur
system
Dernière modification
02/12/2021 10:47 (il y a plus d’un an)
Type de document
Description
[1909, peinture, rapport Institut primitif 1]
Rapport primitif de l'Institut sur les envois de 1909, peinture
TYPE : rapport de l'Institut de France - primitif
AUTEUR : Roujon, Henry ; Collin, Raphaël
PAGE DE TITRE : Rapport de la section de peinture
LIEU DE REDACTION : Paris
DATE : 1909
Descriptions
Transcription : 
Rapport de la section de peinture, le rapporteur s'exprime en ces termes : Monsieur, j'ai le pénible devoir d'exprimer à l'Académie des Beaux-Arts la désagréable surprise de la section de Peinture devant la pénurie et la médiocrité des envois. On s'imagine difficilement que ce sont là les oeuvres des pensionnaires de la Villa Médicis et leur labeur de toute une année. Rien, dans l'exécution de la plupart des envois ne vient racheter l'indigence de la conception ; les principes les plus élémentaires de la grammaire de l'art, construction, sentiment de la forme, harmonie des couleurs, sens de la composition, paraissent complètement ignorés. Il semble en général que la préoccupation de produire hâtivement des oeuvres d'effet vulgaire en vue d'expositions passagères et de succès douteux ait remplacé chez les pensionnaires l'effort laborieux et viril, et l'étude poursuivie et scrupuleuse de la nature ; certains même semblent être en exil et exécuter comme à regret un pensum d'écolier. La section de peinture a été frappée de cette anomalie dont elle avait pu malheureusement constater précédemment les indices et qui semble inexplicable à la Villa Médicis, dans ce milieu si propice à l'inspiration artistique et où tant d'illustres anciens ont laissés un si glorieux exemple. Elle a cru devoir consulter l'Académie au sujet de graves mesures à prendre et vous avez jugé nécessaire d'user d'une juste sévérité et de ne pas exposer ces oeuvres incomplètes. L'envoi de quatrième année, celui de M. Aubry, seul a été préservé. Première année M. Billotey M. Billotey a envoyé de Rome une figure nue tout à fait insuffisante et vulgaire. C'est une ébauche qui semble peinte en quelques jours à peine et sans conviction ; elle est totalement dépourvue de modelé et d'enveloppe ; le dessin du torse et des mains est des plus sommaires et s'il se trouve dans cette figure quelques qualités de ton et de lumière, ces tons restent trop des tâches et l'harmonie de l'ensemble est défectueuse, le violet du fond détonne. En somme, ce tableau qui aurait pu devenir intéressant pour une étude consciencieuse, pêche surtout par la hâte avec laquelle il semble exécuté, je dirais presque bâclé. La section a pensé qu'il valait mieux que cet envoi ne figurât pas à l'exposition au quai Malaquais et vous avez été de cet avis. J'ai le regret d'ajouter que M. Billotey, dont le bagage est déjà si mince, n'a pas cru devoir envoyer les deux dessins qu'exige le règlement. Deuxième année M. Roganeau Le règlement comporte un tableau de deux figures nues ou en parties drapées, de grandeur naturelle. L'envoi de M. Roganeau est absent, il donne pour excuse qu'il a été lâché par son modèle. La section de peinture trouve cette raison absolument inadmissible. Troisième année M. Leroux Une copie d'après Tintoret, le Mariage de Bacchus et une esquisse assez importante, le Jubilé de Pie X. Cet envoi est d'une grande faiblesse : la copie donne de l'original une impression veule et lourde, l'indication du dessin est sans caractère ; les mains notamment sont mal dessinées, la coloration manque de transparence. La section de peinture a jugé cette copie tout à fait insuffisante et vous avez trouvé nécessaire de ne pas l'exposer. L'esquisse est également lourde et pâteuse : l'architecture et les figures sont mal indiquées, le ton des rouges est aigre et criard. Cette esquisse qui veut évoquer une scène grandiose est tout a fait manquée et donne plutôt l'impression d'une illustration banale que d'un tableau. L'Académie a pensé que, pas plus que la copie, cette toile ne méritait d'être exposée. Quatrième année M. Aubry Un tableau de plusieurs figures de grandeur naturelle. Après-Midi. Cette toile n'est pas dénuée d'intérêt et de qualités, mais sur plus d'un point essentiel elle prête aussi à des critiques dont la principale est de pas répondre entièrement au but proposé. La composition manque d'élévation et de caractère ; elle n'est pas le produit d'une inspiration personnelle et naïve et paraît un souvenir d'oeuvres superficielles et à la mode exposées dans nos salons annuels. La figure demi nue à gauche est d'un dessin défectueux et lourd, le torse est mal établi sur les hanches. La servante accroupie est disgracieuse et son geste s'explique difficilement, l'ensemble du tableau, assez puissant de ton, paraît à distance un peu sombre et bouché, et on regrette que la coloration au centre ne soit pas très heureuse au point de vue de l'harmonie. Ces réserves faites, et elles sont sérieuses, on ne peut nier que M. Aubry ait un certain tempérament et de l'habileté. Il y a de la vie dans son indication, les oppositions sont assez franches et l'ensemble est grassement peint. Le petit coin à droite (tête de femme de trois quarts et nature morte) est assez réussi, le morceau de nu à contre jour est d'un ton délicat. En somme ce tableau où il faut faire la part des défauts et des qualités témoigne d'un sérieux travail de la part de M. Aubry et mérite des encouragement surtout quant on songe qu'il n'est resté à Rome qu'une année. Pour résumer, l'ensemble des envois, malgré les qualités du dernier tableau, est tout a fait contraire à ce que l'Académie peut prétendre et semble s'éloigner par un travail superficiel et l'absence totale de style des traditions qui ont fait la force de l'école française. Je ne crains pas d'insister sur ce point particulièrement important et que la section constate depuis longtemps, que les pensionnaires de l'École de Rome semblent se désintéresser complètement du milieu dans lequel ils vivent et des maîtres qu'on les envoie étudier.
Localisations
Cote / numéro : 
Académie des beaux-arts, 5 E 75
Source
source : Institut national d'histoire de l'art (France) - licence : Attribution 4.0 International (CC BY 4.0)
Commentaire interne
Base Envois de Rome FMP, fichier Documents.fp7, notice : £Rapport envois, primitif, 1909, peinture£ Notice créée le 28/08/2002. Notice modifiée le : 07/04/2017. Rédacteur : France Lechleiter.
Rédacteur
France Lechleiter