Aller au contenu principal
Statut
Publiée
Contributeur
system
Dernière modification
22/06/2024 20:10 (il y a 3 jours)
Type d'oeuvre
Titres
Titre : 
Saint Jérôme
Type de titre : 
Titre : 
Saint Jérôme surpris par les trompettes du Jugement Dernier
Localisations
Lieu de conservation : 
Commentaire Lieu de conservation : 

dépôt de la Fabrique de la basilique Notre-Dame (Québec) au Musée de la Civilisation (Québec)

Type de Cote / numéro : 
Cote / numéro : 
PE 34.984
Type de Cote / numéro : 
Cote / numéro : 
14326
Type de Cote / numéro : 
Cote / numéro : 
348
Commentaire Cote / numéro : 

Numéro du catalogue de vente de 1845

Dimensions
Hauteur : 
1,74
Largeur : 
1,24
Unité de mesure : 
Commentaire Dimensions : 

dimensions de récolement

Hauteur : 
1,63
Largeur : 
1,19
Unité de mesure : 
Commentaire Dimensions : 

dimensions issues de l'inventaire de 1839

Inscriptions
Transcription : 

J.L. David. f. / roma 1780

Emplacement : 
en bas à droite
Créations / exécutions
Personne liée à l'oeuvre : 
Rôle : 
Type de date : 
Date de création : 
1780 -

Le tableau est daté, mais a été peint à partir de 1779 et envoyé à Paris le 15 décembre 1780.

Lieu de création : 
Historiques de collection
Collection : 

Envoi de Rome par David à Paris, 1779 ; collection de Jean-Guillaume Moitte ; sa vente après décès, Paris, 7 juin 1810, n°3, acquis par Charles Simon pour 807 francs ; collection du cardinal Fesch ; estimé à 50 scudi dans l'inventaire après décès du cardinal Fesch, 1839 ; sa vente, Rome, 17-18 mars 1845, vendu 40 écus romains ; collection Moret ; sa vente, Paris, 12 février 1857 n°50 ; acquis pour 480 francs par Gustave Mailand ; sa vente, Paris, 2 mai 1880, n°30 (1000 francs à Féréal) ; repris par Mailand et emporté avec lui aux Etats-Unis ; sa descendance, au Québec ; don par Henriette et Geneviève Cramail à la basilique Notre-Dame de Québec, 1922 ; déposé par la Fabrique de Notre-Dame au musée du Séminaire en 1984 ; déposé au musée de la Civilisation (après 1989?).

Evénement : 

Description du catalogue de 1845 :

Saint Jérôme est occupé à écrire dans le fond de sa grotte, où l'on voit un tronc de colonne renversé, sur lequel s'appuie une croix de bois, un livre et une tête de mort, suspend tout-à-coup son travail, comme frappé de la pensée du jugement dernier. L'attitude du vieillard exprime la terreur et l'effroi ; les mains étendues, le regard porté vers le ciel, il semble l'interroger sur sa future destinée.

Cette figure a été peinte par David en 1780, dans les derniers moments de son séjour à Rome comme pensionnaire de l'académie de France, à l'époque où il composait son Bélisaire qui fut terminé à Paris la même année, et lui valut l'honneur d'être, en 1781, agrégé à l'académie de peinture.

Dans un moment où tant d'avis divers sont partagés sur celui qui naguères était considéré comme le réformateur de son école, nous nous gardions bien d'analyser un de ses ouvrages, lassant à la voix publique son libre essor, jusqu'à ce que l'impartiale postérité ait prononcé sur lui.

Evénement : 

Description du catalogue de 1841 :

Figure grande comme nature, d'une belle exécution et d'une grande vérité.

Bibliographies / archives
Type de référence : 
Commentaire Bibliographies / archives : 

cat. 36 p. 100-101

Référence : 

fol. 428. n° 14326. Quadro in tela alto piedi cinque, e mezzo, largo piedi quattro rappresentante S. Girolamo portante il nome di David Scudi Cinquanta 50

Source
Institut national d'histoire de l'art (France) / Ville d'Ajaccio
Licence
Attribution 4.0 International (CC BY 4.0)