Aller au contenu principal
Statut
Publiée
Contributeur
ffravalo
Dernière modification
06/02/2023 09:29 (il y a environ 1 an)
Type d'oeuvre
Titres
Type de titre : 
Titre : 
Le Nigog (1918)
Type de titre : 
Titre : 
Le Nigog (1918)
Commentaires généraux
Commentaire général : 
Le dépouillement au format PDF est accessible via le carrousel des médias (en haut de la notice). Il est situé en dernière position et il faut cliquer sur l’imagette pour l’ouvrir dans la visionneuse pdf.
Localisations
Commentaire Lieu de conservation : 
état de la collection : 1918 (reprint)
Type de Cote / numéro : 
Cote / numéro : 
8 MON 36668
Commentaires descriptifs
Commentaire descriptif : 
PERIODICITE
mensuelle

TIRAGE
non renseigné

PRIX du numéro
France : non renseigné
Québec (Canada) : 20 sous (0,2 dollar canadien)
étranger : non renseigné

PRIX de l'abonnement
France : non renseigné
Québec (Canada) : 2,25 dollars
étranger : non renseigné

RELAIS DE DIFFUSION
France : non renseigné
Québec (Canada) : Montréal (Librairie C. [Cornélius] Déom, 251, rue Sainte-Catherine Est)
étranger : non renseigné

LANGUE ETRANGERE
articles en anglais : « The Artist and the Public. (To the Unsuccesful Artist and the Inartistic Public) », par Ramsay Traquair (mars 1918)
« The Opera as the Beginning of the Modernist Movement in Music », par G. [Georges] M. Brewer (octobre 1918)
« The Snowflake » et « In an Orchard », par John Murray Gibbon (février 1918)
« The Song to Be », par Bernard K. Sandwell (mai 1918)
Dimensions
Largeur : 
15
Longueur : 
23
Unité de mesure : 
Inscriptions
Type d'inscription : 
Commentaire Inscriptions : 
absente
Créations / exécutions
Personne liée à l'oeuvre : 
Commentaires historiques
Commentaire historique : 
NUMEROS PARUS
12 (1918)

HISTORIQUE
Première véritable revue d’art au Canada, Le Nigog reçoit pour titre un mot d’origine amérindienne désignant un harpon. Traitant de littérature, de musique, d'arts plastiques et d' architecture, la revue est fondée et animée par de jeunes artistes et intellectuels canadiens-français dont bon nombre sont des « retours d’Europe » - des « parisianistes » ou encore des « exotiques » - résolument tournés vers la modernité.
Outre les trois fondateurs-directeurs - Robert de Roquebrune, Léo-Pol Morin et Fernand Préfontaine -, Marcel Dugas compte parmi les principaux collaborateurs. Attribuant à la critique une valeur d’enseignement, ceux-ci entendent, par ce procédé, exposer leur conception de l’art, afin de former le public et de contribuer à l’avancement des arts au Canada. Ils engagent la revue dans un combat contre les représentants du régionalisme et du nationalisme en art, en affirmant notamment la primauté de la forme sur le sujet et le principe de liberté de l’artiste. Ce parti pris suscita de nombreuses réactions d’hostilité dont, volontiers polémiques, ils n’hésitent pas à se faire l’écho dans leurs pages. La revue semble avoir rencontré un certain succès et les raisons de son arrêt, après seulement 12 numéros, sont mal connues. Sans doute sont-elles liées à la fin de la Première Guerre mondiale et au désir de plusieurs de ses principaux collaborateurs de regagner Paris.

ACTIVITES COMPLEMENTAIRES
Des conférences :
cycle intitulé « Conférences du Nigog », organisé tous les jeudis soirs, généralement dans l'atelier de Léo-Pol Morin, sur des thèmes en lien étroit avec la revue (janvier-février 1918)
Contenus Ouvrage
Note sur l'édition : 
182 (est), rue Sainte-Catherine
Note sur l'impression : 
angle St-Gabriel et Craig
Contenu de l'ouvrage : 
SOMMAIRES
sur la 2e de couverture (nom de l'auteur, titre de l'article, auteurs des illustrations)

TABLES
absentes

SUPPLEMENTS
absents

NUMEROS SPECIAUX MONOGRAPHIQUES
absents
Note sur le contenu : 
COUVERTURE
dessinée par Osias Leduc

ILLUSTRATION
présente (noir et blanc)

PUBLICITE
présente
Nombre de pages : 
27 à 39 pages par numéro
Source
source : Institut national d'histoire de l'art (France) - licence : Attribution 4.0 International (CC BY 4.0)
Rédacteur
Stéphanie Danaux