Aller au contenu principal

Sainte Marie-Madeleine

Statut
Publiée
Contributeur
system
Dernière modification
02/12/2021 10:08 (il y a 7 mois)
Type d'oeuvre
Titres
Titre : 
Sainte Marie-Madeleine
Localisations
Commentaire Lieu de conservation : 
La localisation actuelle du tableau n'est pas connue.
Type de Cote / numéro : 
Cote / numéro : 
3468
Type de Cote / numéro : 
Cote / numéro : 
64
Commentaire Cote / numéro : 
Numéro du catalogue de vente de 1845
Matérialité
Matériau : 
Technique : 
Dimensions
Hauteur : 
1,04
Largeur : 
1,07
Unité de mesure : 
Créations / exécutions
Personne liée à l'oeuvre : 
Rôle : 
Personne liée à l'oeuvre : 
Rôle : 
Type de date : 
Date de création : 
Historiques de collection
Collection : 
Coll. du cardinal Fesch ; estimé à 150 scudi dans l'inventaire après décès du cardinal Fesch ; David Reder, Londres, 1951 ; vente Bruxelles, Palais des Beaux-Arts, 12-13 décembre 1951, n° 152.
Evénement : 
Description du catalogue de 1845 :

Les yeux fatigués par les larmes qu'elle verse depuis si longtemps, les regards attachés vers la divinité qu'elle ne cesse d'implorer, la célèbre pécheresse se tient sur le seuil de sa grotte de la Sainte Baume, les mains jointes et s'appuyant du bras droit sur un morceau de roc, où se voient un livre ouvert, une tête de mort et un vase de parfums, celui, sans doute, qu'elle répandit sur les pieds sacrés du Sauveur. Sa boucle semble exhaler un soupir ; on saisit dans chacun de ses traits les sentiments purs dont son coeur est rempli ; tout en elle parait vibrer sous l'ardente impulsion d'une âme vouée à l'humiliation et au repentir ; c'est la prière dans sa personnification la plus complète et la plus touchante, car tout en elle s'adresse à l'être suprême. Son maintien offre un entier abandon, ses cheveux tombent en boucles ondoyantes ; ils flottent de ses épaules sur le bras gauche et descendant jusque sur le devant de son corps que recouvre une draperie de couleur orange foncé.
A peine a-t-on jeté les yeux sur ce magnifique tableau, qu'on le range sans hésiter parmi les plus belles productions du maître ; l'examen en fait qu'ajouter au charme de cette première impression, en révélant sas cesse de nouvelles perfections. La brillante palette de Van Dyck s'y montre dans tout son lustre ; elle rend par les teintes les plus riches et les mieux combinées tout ce qu'il est donné à la peinture d'exprimer. Les yeux, la bouche ont une expression sublime, tout dans cette figure est profondément senti ; les nus sont animés et les chairs semblent palpables, tant elles se rapprochent de la nature, tant elles sont d'une vérité qui tend à tromper.
Evénement : 
Description du catalogue de 1841 :

C'est un tableau original de Wan Dyck. La Sainte y est représentée en demi-figure de grandeur naturelle.
Bibliographies / archives
Référence : 
fol. 235 v. n° 3468. Quadro in tela alto piedi tre, e mezzo largo piedi tre, e un sesto rappresentante la Maddalena maniera di Wandick Scudi Cento Cinquanta 150
Source
source : Institut national d'histoire de l'art (France) / Ville d'Ajaccio - licence : Attribution 4.0 International (CC BY 4.0)