Aller au contenu principal
Statut
Publiée
Contributeur
system
Dernière modification
25/10/2023 17:29 (il y a 4 mois)
Type d'oeuvre
Titres
Titre : 
Tête grotesque
Localisations
Type de Cote / numéro : 
Cote / numéro : 
RES-MS-70100-MUR-GF-4_P101_OBJET_11
Type de Cote / numéro : 
Cote / numéro : 
03861
Commentaires descriptifs
Commentaire descriptif : 

Cette tête grotesque représente une tête chauve, large, aux yeux enfoncés, avec un nez large, des pommettes saillantes et des lèvres très charnues. La base est aplatie pour que la tête soit stable posée. La tête a probablement été façonnée et non moulée. Des traces d'arrachement sont visibles au revers.

Commentaire descriptif : 

Si les têtes grotesques en terre cuite sont fréquentes, le matériaux de celle-ci est plus inhabituel : le plâtre, utilisé largement dans la petite statuaire comme dans l'architecture antique, mais qui se conserve plus difficilement. On trouve par exemple une tête grotesque de Tarse au Louvre (Tarse 531, https://collections.louvre.fr/ark:/53355/cl010312386 ), ou une autre, provenant d'Alexandrie, dans la collection Grassi au Vatican. Les traits d'un exemplaire en terre cuite de Smyrne sont proches de cette tête trouvée en Cyrénaïque et rapportée, comme beaucoup d'autres objets de la collection, par J. Vattier de Bourville (https://collections.louvre.fr/ark:/53355/cl010353893). On voit comment les mêmes modèles pouvaient circuler d'un médium à l'autre et entre les régions et les ateliers.

Bibliographie : J. Boube, « Modèles antiques en plâtre près de Sala (Maroc) », Revue archeologique, 1986, 2, p. 301‑326 ; Elsa Bergès, "La vente maudite de 1855. Sur la trace des antiquités perdues de Cyrénaïque…", dans Les ventes d'antiques en France au XIXe siècle, 18/06/2021, https://venteantique.hypotheses.org/2882

Auteur : Cécile Colonna

Matérialité
Matériau : 
Dimensions
Hauteur : 
3
Largeur : 
4,7
Profondeur : 
6
Unité de mesure : 
Créations / exécutions
Lieu de création : 
Période de création : 
Commentaires historiques
Commentaire historique : 

Collection Vattier de Bourville, puis Jean-Baptiste Muret, vendue après sa mort par son fils Ernest à Arnold Morel Fatio, qui la donne au musée en 1867.

Historiques de collection
Nom du propriétaire : 
Nom du propriétaire : 
Découvertes
Lieu de découverte : 
Commentaire Lieu de découverte : 

Découverte indiquée dans le registre d'inventaire du musée.

Date de découverte : 
Avant 1849
Sources en ligne
Date de consultation : 
17/11/2020
Source
Institut national d'histoire de l'art (France)
Licence
Attribution 4.0 International (CC BY 4.0)
Base de données
Rédacteur
Bastien Rueff