Aller au contenu principal
Statut
Publiée
Contributeur
system
Dernière modification
25/10/2023 18:00 (il y a 9 mois)
Type d'oeuvre
Titres
Titre : 
Fleurs et fruits
Localisations
Type de Cote / numéro : 
Cote / numéro : 
205
Type de Cote / numéro : 
Cote / numéro : 
98
Commentaire Cote / numéro : 
Numéro du catalogue de vente de 1845
Type de Cote / numéro : 
Cote / numéro : 
476
Commentaire Cote / numéro : 
Numéro du catalogue de vente de 1841
Matérialité
Matériau : 
Technique : 
Dimensions
Hauteur : 
1,19
Largeur : 
0,89
Unité de mesure : 
Créations / exécutions
Personne liée à l'oeuvre : 
Rôle : 
Personne liée à l'oeuvre : 
Rôle : 
Type de date : 
Date de création : 
1651
Historiques de collection
Collection : 
Estimé à 250 scudi dans l'inventaire après décès du cardinal Fesch
Evénement : 
Description du catalogue de 1845 :

Celui qui ne verrait dans les fleurs et les fruits que des objets matériellement faits pour flatter nos sens et dont l'âme resterait fermée à de plus nobles considérations, sentirait bien peu les bienfaits de la Providence. Si ces dons précieux, que cette divinité protectrice répand avec tant de profusion sur la terre, n'imprimaient pas le sentiment d'une juste reconnaissance, certes que De Heem, Mignon et Van Huysum n'eussent point enfanté leurs chefs-d'œuvre. C'est pour rendre cette pensée sensible, que l'artiste a voulu nous l'expliquer ici sous une figure emblématique.
D'abord dans le fond de sa composition, il a établi une niche d'une riche architecture ; elle est supportée par un piédestal et soutenue par deux génies. Tout au milieu se trouve un grand verre de cristal taillé, à moitié rempli de vin du Rhin, boisson généreuse et réparatrice ! - Au-dessus de ce verre, on voit luire l'œil de la Providence, entouré comme le soleil de rayons lumineux ; il paraît féconder les œuvres de la création et veiller à leur conservation. De Heem a déposé sur les ornements de la niche une guirlande formée de quelques fleurs, mais principalement des présents de Cérès et de Pomone ; elle est disposée de manière à s'enlacer dans les interstices de ces ornements qu'elle recouvre en grande partie. Nous n'entreprendrons pas de décrire les objets qui la composent, car il faudrait nommer l'un après l'autre tous les trésors que, dans chaque saison et en tous pays, la Providence nous prodigue tant pour notre subsistance que pour nos plaisirs. L'artiste a semé sa guirlande d'une multitude d'insectes aussi variés de couleurs que les fleurs elles-mêmes : sortes d'accessoires qui donnent une animation indispensable à ce genre de peinture.
Malgré la richesse et la profusion de ses détails, cette composition n'est pas surchargée, et l'arrangement nous en semble plus ingénieux, d'une pensée plus élevée que dans la plupart des sujets du même genre. Pour conserver à ces fleurs et à ces fruits toute la vivacité des couleurs, et ne rien perdre de la variété de leurs nuances, l'artiste les a fait se détacher sur un fond vigoureux sans être sombre ; par cette disposition qui en relève l'éclat, il les revêt, en même temps, de la plus grande magnificence. Quant à l'exécution elle atteint tout ce qu'on peut concevoir de la perfection du fini et de la beauté du pinceau : en un mot, pour préciser notre pensée sur cet ouvrage, nous dirons que c'est un véritable modèle devant lequel on étudierait avec non moins de succès qu'en présence de la nature même. Ainsi que le précédent il a été peint en 1651.
Evénement : 
Description du catalogue de 1841 :

Cet ouvrage est très délicatement traité, et d'une précision de vérité.
Bibliographies / archives
Référence : 
fol. 68-68 v. n° 205. Quadro alto piedi quattro largo piedi tre sopra tela con cornice simile rappresentante Fiori e Frutta Scuola Fiamminga scudi Duecento cinquanta 250
Source
source : Institut national d'histoire de l'art (France) / Ville d'Ajaccio - licence : Attribution 4.0 International (CC BY 4.0)