Aller au contenu principal

Cercle des beaux-arts de Nantes

Statut
Publiée
Contributeur
lmarqua2
Dernière modification
02/12/2021 06:21 (il y a environ 2 ans)
Type de personne
Type de personne : 
Noms
Nom : 
Cercle des beaux-arts de Nantes
Nom : 
Société des beaux-arts de Nantes
Organismes
Date création / fermeture établissement : 
1832
Commentaire historique : 
S’inscrivant dans le vaste mouvement des années 1830 de créations de sociétés artistiques, la ville de Nantes se dote vers 1831-1832 d’une société destinée à pourvoir les beaux-arts au niveau local. La spécificité du Cercle des Beaux-arts de Nantes tient dans ce qu’il n’est qu’une section d’un cercle plus large ayant pour origine la Société de lecture de la Fosse fondée en 1759 dont le but était « d’adoucir les amertumes de la vie par tous les agréments possibles ». Le Cercle a continué à entretenir des liens étroits avec les sociétés de lectures en s’associant, par exemple en 1859, avec la Société de la Réunion. Cette alliance et l’organisation d’autres manifestations de type orchestral ou théâtral, concourent à la réputation dilettante de cette société.
Même si le tout premier Salon nantais est donné pour avoir eu lieu en 1825, le Cercle des beaux-arts amorce un rythme de manifestations artistiques qui se multiplient et animent la vie culturelle de Nantes. Il organise des expositions triennales dont les artistes nantais sont friands, leur permettant une visibilité pour leurs productions artistiques. En 1835, des statuts sont votés et un règlement général est établi en 1842. Mais progressivement, les beaux-arts sont délaissés au profit des arts du spectacle avec l’organisation de concerts et de représentations théâtrales. En outre, du fait de la réorientation de la politique culturelle nantaise, le Cercle perd son rôle initial d’organisateur d’expositions artistiques. Désormais, les manifestations sont directement organisées par la municipalité et par sa commission spéciale qui n’a donc plus besoin de l’initiative privée pour organiser des expositions, comme celles nationales qui se tiendront en 1861, 1872 et 1886. Malgré ce désagrément et une activité extrêmement restreinte, cette société ne disparait pas et demeure encore en activité.

Soutiens financiers :
La municipalité de Nantes soutient financièrement les initiatives du Cercle. Dès 1836, elle accorde une subvention de 3000 francs qui est reconduite en 1838 et 1841. Indirectement, la municipalité accorde son aide par l’achat d’œuvres au Salon afin d’enrichir son musée des Beaux-arts.
Condition d'accès : 
Le Cercle des Beaux-arts de Nantes est destiné aux plus fortunés car sa cotisation annuelle est assez élevée, oscillant, selon les périodes, entre 50 et 65 francs. En 1894, elle diminue à 50 francs.
Commentaire Organismes : 
Léon Lagrange indique pour la fondation l’année de 1836, sûrement car il considère la création officielle de la Société par le vote de ses statuts.
En 2003, elle était toujours en activité, bien que ses activités étaient extrêmement restreintes.
Commentaire Organismes : 
La société bénéficie d’une bibliothèque et d’une salle de spectacle (rue Voltaire à Nantes) qui est utilisée lors des expositions d’œuvres d’art.
Adresses
Date de l'adresse : 
Avant 1913
Adresse : 
Hôtel Charbonneau
Code postal : 
44000
Ville : 
Commentaire Ville : 
Avant 1913, la société était logée dans l'Hôtel Charbonneau.
Date de l'adresse : 
2003
Préfixe adresse : 
Bureau situé au
Adresse : 
22, rue Crébillon
Code postal : 
44000
Ville : 
Commentaire Ville : 
En 2003, son bureau se situait au 22, rue Crébillon.
Professions / activités
Type de profession / activité : 
Date d'activité : 
Le Cercle possédant dans ses locaux un atelier de peinture, il a fondé une école de dessin donnant des cours de modèle, qui trop onéreux ont rapidement été supprimés.
Evénements
Type d'événement : 
Date de l'événement : 
1832 - 1858
Lien événement institutionnel : 
Les statuts de 1835 prévoient à l’article 47, l’organisation triennale d’« une exposition publique de tableaux, sculptures, gravures dus aux artistes ou amateurs de la Société et étrangers » en plus des expositions personnelles de ses membres. Elles se déploient alors dans la salle de spectacle de la Société que l’on agence pour l’occasion. Les dessins et les photographies prennent place dans le fond de la scène, la sculpture est disposée dans l’avant-scène, les aquarelles dans la fosse d’orchestre, la peinture à la place des fauteuils. Puis à partir de 1848, la municipalité met à disposition du Cercle le musée de Beaux-arts. Ces expositions, sans jury, sont également soutenues financièrement par la municipalité.

Historique :
En 1832, une toute première manifestation associant présentation d’œuvres d’art et de produits de l’industrie est organisée. Son caractère artistique ne lui est manifestement pas reconnu par la presse qui critique vivement ce Salon pour sa pâleur. Quatre ans plus tard, les ambitions de la Société semblent redéfinies car une « première exposition » - qualificatif qui concourt à oublier celle de 1832 - ouvre le 5 juin 1836 pour un mois. Elle accueille 110 exposants et 259 ouvrages dont beaucoup sont des aquarelles issues de la production locale (en particulier Lorient et Angers). En effet, à cette date, les difficultés de transport subsistent encore et ne facilitent pas l’envoi d’œuvres depuis Paris. En outre, un catalogue est édité. La 2ème exposition se tient en 1839. Comptant 154 artistes, elle est ouverte aux artistes bretons et son écho retentit jusqu’à Paris puisque le Journal des artistes en fait la publicité. Le catalogue présente 396 numéros parmi lesquels on lit les noms d’artistes éminents comme Eugène Delacroix et Joseph-Nicolas Robert-Fleury. La 3ème exposition est inaugurée le 5 juillet 1842, réunissant 117 artistes et 525 œuvres. Cette année, aux artistes locaux s’adjoignent quelques parisiens dont Auguste Leroux, Jules Noël, Henri-Pierre Picou et le sculpteur Barré. Le nombre d’œuvres diminue pour la 4ème exposition de 1845, en rassemblant 375 numéros de 140 artistes. En 1848, la 5ème exposition se tient dans les salles du musée des Beaux-arts regroupant 110 exposants, soit 303 peintures et 33 sculptures. En 1851, la 6ème exposition compte 426 objets exposés par 170 artistes dont seulement 47 sont originaires de Nantes. Cette sous-représentation s’explique par l’inauguration récente d’une ligne de chemin de fer reliant plus aisément Paris et Nantes et permettant, de fait, à l’école moderne parisienne d’exposer. La fréquentation est telle que l’exposition est prolongée. La 7ème exposition de 1854 regroupe 144 exposants dont 40 nantais et 87 parisiens. De la même manière qu’en 1851, le succès public pousse à la prolongation de l’exposition. Enfin, la dernière manifestation se déroule à partir du 15 avril 1858 au sein du musée des Beaux-arts de Nantes.
Type d'événement : 
Lien événement institutionnel : 
La Société elle-même, ou par le biais de la Ville de Nantes, acquière des œuvres durant les expositions sans que l’on sache exactement combien. Nombre d’entre elles sont allées enrichir les collections du musée des Beaux-arts de Nantes (voir la notice de H. de Saint-George). Pour exemple, en 1854, la Ville débloque 1500 francs pour l’embellissement du musée et l’achat de tableaux à la 7ème exposition du Cercle.
Thèmes d'étude
Commentaire Thèmes d'étude : 
lecture
Rôle de la personne dans la collectivité
Personne liée à la collectivité : 
Rôle personne liée à la collectivité : 
Bibliographies / archives
Type de référence : 
Commentaire Bibliographies / archives : 
En particulier, pp. 13-21.
Source
source : Institut national d'histoire de l'art (France) - licence : Attribution 4.0 International (CC BY 4.0)
Rédacteur
Katia Schaal