Aller au contenu principal

Lampe romaine : dauphin au trident

Statut
Publiée
Contributeur
system
Dernière modification
25/10/2023 18:47 (il y a 4 mois)
Type d'oeuvre
Titres
Titre : 
Lampe romaine : dauphin au trident
Localisations
Type de Cote / numéro : 
Cote / numéro : 
RES-MS-70100-MUR-GF-1_P23_OBJET_1
Type de Cote / numéro : 
Cote / numéro : 
3596
Commentaires descriptifs
Commentaire descriptif : 

Lampe à huile à anse et bec mouluré. Le disque concave est séparé du de la surface par deux lignes incisées délimitant le marli. Un dauphin y est représenté, tenant dans sa bouche un trident autour duquel il a enroulé sa queue. L’orifice d’alimentation en huile, est légèrement décentré, pratiqué dans l’espace vide sous le dauphin. Le bec arrondi, plat en surface, possède à la base deux volutes, qui se prolongent dans le plan vertical pour former deux pointes qui séparent le bec du corps. L’anse est en bande enroulée avec deux traits incisés verticaux, et une incision horizontale à la base. Les traits incisés verticaux, et une incision horizontale à la base. Les traits incisés ne couvrent pas toute la longueur de l’anse, dont le bandeau rejoint le corps aux deux tiers de la surface inférieure.

Le fond circulaire, très légèrement concave, dépasse légèrement par rapport au reste de la face inférieure. L'argile est claire avec une patine brun très foncé, par endroits brun plus clair.

Commentaire descriptif : 

Cette lampe appartient au type Deneauve VIII D, datée du 3e siècle par l’auteur. Les lampes à huile sont utilisées pour l’éclairage intérieur des habitations et des bâtiments publics. Le plus souvent, elles sont en céramique, mais peuvent aussi être en bronze. Elles ont un orifice pour recevoir l’huile et un bec d’où s’échappe la flamme. Elles ont généralement un corps circulaire ou ovale. Une anse circulaire placée à l’arrière de la lampe, permet de tenir l’objet. Les lampes sont lisses, ou décorées de motifs géométriques, mythologiques ou de scènes de genre. Le modèle le plus courant de lampes est la lampe à un seul bec, mais il existe des lampes à trois, cinq becs et même huit becs.

Le dauphin n’est pas une iconographie rare dans le monde gréco-romain : pour les marins, cet animal intelligent et noble était signe de bonne augure, et on pensait que les dauphins pouvaient guider les navires à bon port. En cas de naufrage, ils pouvaient même rapporter les marins vivants, pour les sauver, ou morts, pour permettre qu’aient lieu les rites funéraires, sur le rivage. Accompagnant les dieux, le dauphin est un intermédiaire entre mortels, immortels et défunts. Associé à Poséidon/Neptune du fait de son habitat marin, l’association avec le trident, attribut du dieu, n’est pas étonnante. L’iconographie du dauphin entouré autour de l’arme se trouve sur une autre lampe à huile, très similaire, conservée au Musée Carnavalet (AC1000/411), retrouvée à Paris en 1885 et datée du 2e siècle.

Bibliographie : J. Deneauve, Lampes de Carthage, Paris, 1969, p. 207 ; Beaulieu, Marie-Claire. "The Dolphin in Classical Mythology and Religion", in Patricia A. Johnston, Attilio Mastrocingque, Sophia Papaioannou (dir.), Animals in Greek and Roman Religion and Myth, Cambridge : Cambridge Scholars Publishing, 2016, p. 237-253.

Auteur : Euan Wall

Matérialité
Matériau : 
Dimensions
Hauteur : 
5,3
Largeur : 
12,5
Profondeur : 
8,5
Unité de mesure : 
Créations / exécutions
Type de date : 
Date de création : 
Période de création : 
Lieu de création : 
Commentaires historiques
Commentaire historique : 

Collection Jean-Baptiste Muret, vendue après sa mort par son fils Ernest à Arnold Morel Fatio, qui la donne au musée en 1867.

Historiques de collection
Nom du propriétaire : 
Nom du propriétaire : 
Sources en ligne
Date de consultation : 
01/10/2019
Source
Institut national d'histoire de l'art (France)
Licence
Attribution 4.0 International (CC BY 4.0)
Base de données
Rédacteur
Bastien Rueff