Aller au contenu principal

[1862, sculpture, rapport Institut primitif]Rapport primitif de l'Institut sur les envois de 1862, s [...]

Statut
Publiée
Contributeur
system
Dernière modification
02/12/2021 10:47 (il y a environ 2 ans)
Type de document
Description
[1862, sculpture, rapport Institut primitif]
Rapport primitif de l'Institut sur les envois de 1862, sculpture
TYPE : rapport de l'Institut de France - primitif
AUTEUR : Anonyme
LIEU DE REDACTION : Paris
DATE : 1862
Descriptions
Transcription : 
M. Barthélemy (1ère année) Homère et son Génie (Bas-relief en plâtre) En prenant pour programme de son travail de première année, Homère et son Génie, M. Barthélemy avait fait un choix heureux. Ce sujet éveillait une idée élevée et l'exécution, qui demandait le style le plus pur, offrait à l'étude un intéressant contraste. Nous regrettons de le dire, rien dans ce bas-relief ne répond à la grandeur d'un sujet plein de ressources. La composition est banale, les plans sont vagues et mal entendus. La molle attitude du Génie n'a rien d'héroïque. Homère est sans inspiration et sans ensemble. L'exécution des nus est dépourvue d'étude et de choix ; celle des draperies est grossière et négligée. Espérons cependant que M. Barthélemy [sic], qui a fait une figure de prix où il y avait de la netteté et de l'énergie, tiendra dans un prochain envoi la promesse de son concours. M. Falguière (2ème année) Copie en marbre du Mercure dit aussi l'Idolino (statue en bronze du Musée de Florence) Bien que l'Académie ne puisse approuver en principe la reproduction en marbre des statues composées pour le bronze, elle n'a refusé ses éloges ni à la copie du Mercure de Naples, ni à celle du Tireur d'épine envoyées précédemment par nos Pensionnaires. C'est qu'avant tout, les auteurs en faisant leurs choix, s'étaient assurés qu'ils pouvaient traduire leur modèle sans en altérer l'aspect. M. Falguière a négligé cet examen avant de commencer sa copie de l'Idolino ; il a été obligé, pour la rendre possible, d'ajouter un tronc d'arbre qui, indépendamment de ce qu'il est mal placé, dénature l'aspect de l'ensemble en l'alourdissant. L'exécution ne rappelle ni la finesse de contour, ni le modelé délicat de l'original. En somme, cette copie très négligée, est telle, que l'on est porté à croire qu'elle a été faite d'après un plâtre défectueux. [rayé : Observation M. Falguière devait de plus une tête d'étude exprimant un sujet. Il ne l'a pas envoyée. L'académie en peut que blâmer une [ill.], l'attention de M. le Directeur à l'Académie de Rome [ill.] une violation du règlement qui n'a pas d'excuse. M. Falguière nous devait encore, cette année, une tête d'étude et il pouvait, en la produisant, nous donner l'occasion de compenser par des éloges, les critiques si graves, que mérite sa copie. Cette tête n'a point été exécutée et l'artiste ne nous présente, à ce sujet, ni explications ni excuses. Une pareille infraction au règlement n'est malheureusement pas sans exemple et nous aurons à y revenir bientôt. Bornons-nous ici, en infligeant un juste blâme à M. Falguière, à faire appel à sa conscience, et comptons qu'il saura remplir, dans son prochain envoi, la malheureuse lacune qu'il laisse dans celui-ci. M. Tournois (4e année) M. Tournois qui touche au terme de son séjour à Rome se trouve en retard pour plusieurs de ses travaux obligatoires. Déjà le bas-relief, objet du premier envoi, la tête d'étude, qui appartient au second, et l'esquisse en bas-relief qui dépend du 3e, ne nous étaient point parvenus. Aujourd'hui c'est l'esquisse en ronde-bosse qui nous manque et l'artiste, également attardé dans l'exécution du modèle de sa statue de dernière année se fonde des torts d'autant plus sérieux qu'il est trop avancé dans sa pension pour pouvoir les réparer. En présence de fautes si nombreuses et d'un si funeste exemple, l'Académie ne peut garder le silence. Elle dira d'abord à M. Tournois (qu'on représente comme assidu et très difficile pour lui-même), que cette sévérité n'est louable qu'à condition de ne pas entraver les travaux qu'il s'est engagé à produire et à nous soumettre, et qu'en réalité il a tout à la fois [rayé : non seulement] manqué à ses devoirs, [rayé : mais encore qu'il a] [ajouté : et] méconnu son intérêt : plus que personne, en effet, il avait besoin des conseils et des encouragements qui inspirent de la confiance au talent. Enfin l'Académie rappelle à MM. les Pensionnaires qu'ils ne sont pas libres de prendre dans le règlement ce qui leur convient ; que tout y est également obligatoire et qu'ils sont engagés d'honneur à répondre, au moins par leur exactitude, aux traditions de l'École de Rome et aux bienfaits de l'État. M. Cugnot (3ème année) Un Corybante (figure d'étude en ronde bosse) La Mort d'Orphée (esquisse en bas-relief) En demandant aux pensionnaires de 3e année une esquisse en bas-relief, on ne peut douter que l'Académie n'ait eu l'intention d'imposer une obligation sérieuse. Cependant cet envoi est généralement négligé. On semble penser que les petites proportions du travail en excluant l'intérêt et que, puisqu'il s'agit seulement d'une esquisse, on peut s'abandonner sans scrupule à sa facilité ou à ses souvenirs. Nous renvoyons ceux qui seraient aussi mal inspirés aux anciens, qui, dans les bas-reliefs de très faibles dimensions soit en marbre, soit en terre cuite, soit en métal nous ont laissé une variété infinie de modèles excellents sous le rapport de l'entente et du goût. Les réflexions qui précèdent nous dispenseront de nous appesantir sur l'esquisse de M. Cugnot, qui, sans mériter le blâme, ne répond pas cependant à ce que nous sommes en droit d'attendre. Nous préférons reporter tout notre intérêt sur sa figure de Corybante, étude sévère qui mérite de grands éloges. En effet, si l'on excepte la tête qui est trop tournée et maigre de facture et de caractère, l'exécution de cette statue traitée selon la tradition, est large, ferme et d'un style bien approprié au sujet. C'est une belle étude où la noblesse des formes s'allie à une remarquable unité de nature. M. Maniglier (5e année) Un joueur de flûte (statue en marbre) M. Maniglier, pour son dernier envoi, nous soumet une statue en marbre représentant un joueur de flûte. Cette figure d'un bon aspect de quelque côté qu'on l'examine, offre une composition vive, des lignes agréables [rayé : et une unité de nature tout à fait remarquable]. Le choix du modèle convient bien au sujet et l'exécution a de la vérité. Quelques retouches que l'auteur se propose de faire à son travail achèveront d'en faire un très bon ouvrage. En résumé, nous sommes heureux de signaler les progrès considérables que M. Maniglier a réalisés ici sur tous ses envois précédents et nous voyons dans sa statue, outre le digne couronnement de ses études persévérantes, le gage d'un honorable avenir. [rayé : Observation : M. Tournois pensionnaire de 4ème année devait l'esquisse d'un groupe en ronde-bosse. Ce travail n'a pu être envoyé. L'Académie insiste auprès de M. le directeur encore plus vivement que pour l'omission de M. Falguière, car elle sait qu'il y a des moyens de forcer un pensionnaire à remplir ses engagements].
Localisations
Cote / numéro : 
Académie des beaux-arts, 5 E 44
Source
source : Institut national d'histoire de l'art (France) - licence : Attribution 4.0 International (CC BY 4.0)
Commentaire interne
Base Envois de Rome FMP, fichier Documents.fp7, notice : £Rapport envois, primitif, 1862, sculpture£ Notice créée le 24/07/2002. Notice modifiée le : 15/12/2017. Rédacteur : Christiane Dotal.
Rédacteur
Christiane Dotal