Accès identifié

Veuillez patienter ...

MAMVP/EM - Etienne-Martin (1913 - 1995) - fonds - Musée d'art moderne de la Ville de Paris


Identification
Classé sous fonds - Autres fonds conservés en France -  
Notice courante MAMVP/EM - Etienne-Martin (1913 - 1995) - fonds
Contient ... + série - MAMVP/EM/APF - Archives personnelles et familiales  
+ série - MAMVP/EM/COR - Correspondances (Début 1928-2000)  
+ série - MAMVP/EM/DOC - Documents  
+ série - MAMVP/EM/IMP - Publications  
+ série - MAMVP/EM/MAN - Manuscrits (1917-Fin 1995)  
+ série - MAMVP/EM/OBJ - Objets  
+ série - MAMVP/EM/PHO - Photographies (Début 1916-2000)  
Cote MAMVP/EM
Dates (texte) 1913 - 1995
Notes sur les dates La majorité des pièces date de la vie du sculpteur Etienne-Martin (1913-1995). Le fonds comprend quelques archives familiales datant du XIXe siècle et quelques publications postérieures à la mort de l'artiste ainsi que des documents réunis par l'épouse de l'artiste après son décès.
Lieu de conservation Europe / France / Ile-de-France / Paris / Musée d'art moderne de la Ville de Paris  
Note sur l'importance matérielle 26 boîtes d'archives
Nature du (des) contenant(s) carton ; carton grand format ; chemise ; dossier ; pochette
Contexte
Etienne-Martin (4 février 1913 - 21 mars 1995) - producteur (archives)  
Histoire administrative/notice biographique Biographie d'Etienne-Martin (1913-1995), sculpteur.
Etienne-Martin est un sculpteur français né à Loriol dans la Drôme en 1913 et mort à Paris en 1995. De 1929 à 1933, il suit les cours de l’École des beaux-arts de Lyon avant de rejoindre, en 1933, la capitale, grâce à l’obtention du prix de Paris. Là, il choisit d’étudier à l’Académie Ranson en classe de sculpture, alors dirigée par Charles Malfray, sous l’égide d’Aristide Maillol. Il fait la connaissance de François Stahly, de Zelman Otchakovsky, de Jean Le Moal, etc. En 1936, il adhère au groupe Témoignage fondé par le galeriste Marcel Michaud à Lyon. En 1939, il est mobilisé et fait prisonnier en Allemagne. A son retour, il vit à Nyons chez son ami Zelman Otchakovsky, puis à Dieulefit avant de rejoindre, en 1941, la communauté artistique d’Oppède, animée par l’architecte Bernard Zehrfuss. Un an plus tard, il se réfugie à Dieulefit et rencontre le peintre Wols et l’écrivain Henri-Pierre Roché avec qui il sculpte une Vierge monumentale dans une Sablière de Beauvallon. De 1944 à 1947, il vit à Mortagne-au-Perche dans l’Orne aux côtés des familles Stahly et Manessier. A son retour à Paris, il vit un temps chez Henri-Pierre Roché. Le galeriste Michel Tapié s’intéresse et défend activement son œuvre. En 1954, il débute la série des Demeures, sculptures-évocations de sa maison natale. Cette quête l’anima jusqu’à la fin de sa vie. Dès lors, les expositions se succèdent partout dans le monde. Il obtient le prix de la Biennale de Venise en 1966. Deux ans plus tard, il est nommé professeur chef d’atelier monumentale à l’École nationale supérieure des beaux-arts de Paris. En 1971, il est élu à l’Académie des beaux-arts.
Histoire de la conservation Après la mort de l'artiste, le fonds a été conservé chez Madame Etienne-Martin à Paris.
Modalités d'entrée
donation
Donation de Madame Etienne-Martin : mai 2008 -
Historique :
Au début de l’année 2008, la société L’Oréal fait don de quinze sculptures d’Etienne-Martin au MAMVP. Elles proviennent du fonds de son ancienne filiale Artcurial, qui s’occupa de l’exposition et de la promotion de l’œuvre du sculpteur de 1977 à 1997. Le musée décide de présenter ces créations dans une salle permanente, entièrement dédiée à l’artiste. Elle est ouverte au public le 16 octobre, dans le cadre du nouvel accrochage des collections. L’institution s’engage alors à conserver cet espace pendant au minimum trois ans. Le catalogue, intitulé Etienne-Martin Une donation, entièrement financé par L’Oréal, paraît en décembre 2008. Plus qu’une simple exposition, les conservateurs ambitionnent de créer un cadre de référence pour l’œuvre. En mai 2008, Marie-Thérèse Etienne-Martin, épouse de l’artiste, participe activement au projet en faisant don d’un fonds d’archives Etienne-Martin. Elle le complète ensuite régulièrement par de nouveaux dépôts. Le musée a d’ores et déjà commencé la valorisation du fonds : une vitrine, installée dans la salle, présente une sélection de pièces renouvelée par le conservateur en chef M. Gérard Audinet, plusieurs fois par an.
Contenu
Analyse Le fonds comprend une importante correspondance très riche, courant sur toute la carrière d’Etienne-Martin : lettres de sa mère, de sa première femme Annie Martin, d’amis artistes (Alfred Manessier, François Stahly, Jean Le Moal, etc.), d’institutions, de galeries, d’auteurs (dont Henri-Pierre Roché), d’historiens d’art (Harald Szeemann par exemple)… Les photographies sont tout aussi nombreuses, depuis les clichés de familles, d’œuvres, jusqu’aux portraits d’artistes et aux reportages, etc. Une multitude de coupures de presse et de cartons d’expositions, est également conservée. Le versement comprend en outre une bibliothèque des ouvrages consacrés au sculpteur. Marie-Thérèse Etienne-Martin a aussi fait don de plusieurs dessins : des esquisses préparatoires, des souvenirs d’œuvres et des schémas topographiques de la maison de Loriol. Des « objets d’archives» complètent l’ensemble : une partie de sa collection personnelle de cannes, des élastiques de son enfance et même les lacets du jour de sa victoire à la Biennale de Venise. Surtout, les manuscrits constituent une part importante de la donation : notes de lectures, impressions quotidiennes et carnets liés à la série des Demeures et à la constitution de l’Abécédaire. Ces derniers mêlent textes, dessins et photographies, raturés et repris maintes fois. Ils sont le plus souvent reliés artisanalement en cahiers au moyen d’une ficelle ou encore disposés dans des parapheurs à ordre alphabétique. Ce sont autant de témoins de sa démarche obsessionnelle et ils constituent la part la plus secrète de son œuvre.

Certaines pièces ont d'ores et déjà été présentées lors de diverses expositions (en 2010 lors de l'exposition Etienne-Martin au centre Georges Pompidou et au Palais du roi de Rome de Rambouillet).
Evaluation, tri et élimination Aucune élimination ni tri.
Mode de classement Par type et thème (manuscrits, dessins, correspondances, photographies, etc.). Ensuite, si cela été possible classement par ordre chronologique ou alphabétique (correspondances par exemple)
Mots-clés personnes
Stahly, François (1911 - 2006)
Le Moal, Jean (30 octobre 1909 - 16 mars 2007)
Dubuffet, Jean (31 juillet 1901 - 12 mai 1985)
Mathieu, Georges (27 janvier 1921 - 10 juin 2012)
Manessier, Alfred (5 décembre 1911 - 1er août 1993)
Mots-clés sujet 1925-1974  
Mots-clés géographiques Europe / France / Ile-de-France / Paris / Musée d'art moderne de la Ville de Paris  
Conditions d'accès et utilisation
Statut juridique archives privées
Communicabilité communication sur rendez-vous
Notes sur la communicabilité Prendre rendez-vous avec un conservateur du Musée d'art moderne de la Ville de Paris.
Conditions de reproduction reproduction soumise à autorisation
Notes sur les conditions de reproduction Se renseigner auprès du conservateur, de l'ADAGP et des ayants droit de l'artiste.
Langue Français
Instruments de recherche Inventaire mené en partenariat avec l'Institut national d'histoire de l'art et le Musée national d'art moderne de la Ville de Paris dans le cadre du programme de recherche de l'INHA " Archives de l'art de la période contemporaine ".
Sources complémentaires
BIBLIOGRAPHIE
bibliographie sur : Étienne-Martin : collection du Centre Pompidou-Musée national d'art moderne : [exposition, Paris, Centre Pompidou, Galerie du Musée, 23 juin-13 septembre 2010]. [catalogue par Jean-Paul Ameline, Fabien Faure, Sabrina Dubbeld, et al.] ; [sous la direction de Jean-Paul Ameline]. Paris : Centre Pompidou, 2010. 1 vol. (144 p.) : ill. en noir et en coul., couv. ill. en coul. ; 28 cm. - .
bibliographie sur : Étienne-Martin : la donation l'Oréal : [catalogue publié à l'occasion de la donation d'oeuvres d'Etienne-Martin au Musée d'art moderne de la Ville de Paris, en septembre 2008 par l'Oréal]. [réalisé par Gérard Audinet ; textes de Claire Maingon, Paul-Louis Rinuy, Sabrina Dubbeld ; préfaces Bertrand Delanoë, Béatrice Dautresme, Fabrice Hergott]. Paris : Musée d'art moderne de la ville de Paris, 2008. vol. (70 p.) : ill. en noir et en coul., couv. ill. en coul. ; 28 cm. - .
bibliographie sur : Dubbeld, Sabrina. "L’académie Ranson : un riche partage d’expériences pour Etienne-Martin". In Montparnasse années 30 : éclosions à l'académie Ranson : Bissière, Le Moal, Manessier, Etienne-Martin, Stahly... : [exposition, Rambouillet, Palais du roi de Rome, du 16 octobre 2010 au 16 janvier 2011]. Gand (Belgique) : Snoeck, 2010. 1 vol. (95 p.) : ill. en noir et en coul. ; 28 cm. - .
bibliographie sur : L'atelier d'Étienne-Martin : [exposition, Lyon, Musée des beaux-arts, 22 octobre 2011 au 23 janvier 2012]. [Catalogue par Jacques Beauffet, Sabrina Dubbeld, François-René Martin, et al.] ; sous la direction de Sylvie Ramond et de Pierre Wat. Paris : Hazan ; Lyon : Musée des beaux-arts de Lyon, 2011. 1 vol. (302 p.) : ill. en noir et en coul., couv. ill. ; 28 cm. - .
Notes
Notes L’importance de ce fonds d’archives est encore plus manifeste au vu de l’effervescence actuelle autour de l’œuvre d’Etienne-Martin. Ainsi, Fabrice Hergot écrivait récemment : « Par la pensée de sa vision, il serait plus juste de le comparer à Joseph Beuys et d’en faire un des grands sculpteurs de la fin du XXe siècle, parce que, comme lui, il a conduit l’usage de la forme très au-delà d’un simple jeu de pleins et de vides, même si bien des aspects de son œuvre nous échappe encore ». De même, une exposition majeure se tient actuellement au centre Georges Pompidou et au musée d’Issoudun (région Centre). D’une durée de deux ans, cette dernière propose jusqu’en février 2010, la découverte des Demeures. Surtout, à partir de ce moment-là, les organisateurs ont choisi de confronter ces mêmes Demeures aux igloos de Mario Merz. Désormais, l’œuvre d’Etienne-Martin n’est plus circonscrite à l’espace hexagonal : elle est en mesure de répondre et d’éclairer celle des plus grands artistes de la scène internationale. A cet égard, les archives versées par son épouse au MAMVP constituent une véritable mine d’or potentielle.
Gestion documentaire
Copyright notice source : Institut national d'histoire de l'art (France) - licence : Attribution 4.0 International (CC BY 4.0)
Rédacteur Sabrina Dubbeld
Base(s) de données Guide des archives de l’art conservées en France (XIXe-XXIe siècles), GAAEL - INHA
Référence notice INHA__ARCHIVE__19748
Permalien https://agorha.inha.fr/inhaprod/ark:/54721/00519748
Saisi le 14/10/2010 15:07:01
Modifié le 17/02/2016 15:00:08